Orange e‑LIGUE 1
Saison 2018 - 2019

Représente ton club de coeur en participant à l'Orange e‑LIGUE 1
Saison 2018 - 2019

Mahmoud Gassama, plus connu sous le surnom de Brak, est l’une des figures de la montée de l’esport en France. Investi depuis plusieurs années dans la discipline, il anime désormais, avec son ami Bruce Grannec, le Mag de l’Orange e-Ligue 1 sur beIN SPORTS. Interview, entre exigence française et fond de jeu.

Rejoins-tu les avis mitigés à propos de ce FIFA 19 ?

Je suis personnellement très partagé. J’ai beaucoup de mal à statuer sur cette version de FIFA. J’ai l’impression que la base est très, très bonne. Que le fond est là. Malheureusement, et je ne dirai pas comme souvent, certains aspects vont venir gâcher le plaisir de jeu. Je trouve, par exemple, que les frappes en première intention, couplées avec la finition synchronisée, sont beaucoup trop « cheatées ». Tout le monde le dit. Aussi, les défenseurs défendent un petit peu tout seul dans le jeu, et ça, c’est dommage. Pour moi, défendre c’est comme attaquer, ça reste un art. Il faut devoir se surpasser pour défendre. Le problème dans cette version 19, c’est que tu ne défends presque pas. Tu n’as qu’à choisir un joueur, attendre et l’ordinateur défendra pour toi. Ce sont les deux gros défauts que je vois dans le jeu.

 

Cela avantage-t-il un certain type de joueurs ?

Je ne pense pas que ça donne un avantage à tel ou tel joueur. Que ce soit ceux qui jouent à l’instinct ou ceux qui sont plutôt dans la recherche d’un jeu construit et travaillé, par exemple. Certains trucs sont vraiment automatisés, ce qui fait que ta performance n’est pas totalement valorisée. Disons que les joueurs qui se prennent vraiment la tête sur le jeu ne sont pas vraiment récompensés. Est-ce que ça les désavantage pour autant ? Je ne crois pas car ce genre de joueurs sont capables de s’adapter.

 

Que penses-tu du niveau global affiché lors de cette saison de l’Orange e-Ligue 1 ?

Je trouve que le niveau français est bon, mais je pense que l’on peut encore mieux faire. C’est vrai qu’on a toujours tendance à vouloir se comparer avec ce qui se fait dans d’autres pays, notamment en Allemagne et en Angleterre, qui sont les deux nations qui dominent vraiment - même si le champion du monde est Saoudien. Peut-être que l’on manque encore de sérieux à certains niveaux, de rigueur… Il faut de l’exigence, mais la base est bonne.

 

Quels joueurs t’ont le plus impressionné ?

J’aime beaucoup Famsinho. J’adore le voir jouer, c’est vraiment un régal. Son jeu respire le foot. Je le sors du lot. Après, il y a tous ceux qui étaient déjà là avant et qui n’ont plus grand chose à prouver.